De janvier à mars 2019

Pour bien commencer l’année, je me suis pliée pour une fois à la tradition des bonnes résolutions. Les grandes idées trop générales, ça ne marche jamais, c’est l’échec et la déception assurées. Je me suis donc fixé un objectif simple et pratique : DORMIR !

Les nuits d’à peine 3h à 5h, c’est fini ! J’ai décidé qu’il était temps d’arrêter de considérer le sommeil comme une variable d’ajustement et de prendre plus soin de ma santé. Après une petite conférence au sommet avec moi-même, je me suis imposé 6h à 8h de sommeil par nuit, pas moins, et je me suis sermonnée en me disant que les insomnies, ça suffisait aussi !  21h à 35h d’éveil hebdomadaire en moins, c’est sûr que c’est ennuyeux quand on veut toujours faire plus de choses et qu’on a tout le temps l’impression que les journées sont trop courtes. Mais choisir de se sentir moins fatiguée, d’avoir un cerveau moins ramolli, de ressentir moins d’anxiété et de préserver sa qualité de vie à long terme, cela m’a paru en valoir le coup. Et puis, c’est facile, il me suffit juste de régler mon réveil chaque soir en vérifiant mon temps de sommeil.screenshot alarme

Plus de repos, oui, mais niveau planning, pas de répit ! 20190724_134135 copie

Juste après les fêtes, on a enchaîné avec deux compétitions de gymnastique rythmique et en plus pour moi, des formations et examens pour devenir juge et pouvoir noter les gymnastes. Il a fallu préparer les vieux cerceaux et justaucorps du club, et même bidouiller un peu pour rallonger discrètement certaines tenues car nos gyms grandissent. Comme m’occuper du club de gym est une activité que j’exerce à la marge de tout le reste, je me retrouve à tout faire au dernier moment, ce qui me sort par les trous de nez ! Faire vite en essayant d’obtenir un résultat qui fasse illusion et réussir à garder le sourire, c’est à la fois frustrant et épuisant.

 

Je me suis retrouvée à passer le mercredi qui précède la compétition puis la veille de l’événement, à découper des étoiles dans du tissu tout mou et à les coller pour égayer un peu les tenues. Même chose avec les cerceaux qui doivent être tous identiques et avoir l’air présentables. L’aventurière en moi s’est dit que prendre le temps de découper au scalpel de toutes petites étoiles dans du washi tape après avoir déjà enroulé plus de 150m de scotchs colorés ferait plus joli et une fois le collage commencé, il a bien fallu aller jusqu’au bout.  Je me suis installée au milieu du salon déjà colonisé par le matériel de mon mari et les affaires de danse de ma fille. Un peu étouffant tout ça …Mon salon, veille de compétition

La St Valentin est arrivée ensuite et le seul souvenir que j’en ai, est cette photo de gâteau, dont je ne me rappelle même plus le goût. C’est par ces petits détails que je me rends compte à quel point le temps est passé vite toute cette année, ne laissant qu’un brouillard flou derrière lui …SONY DSC

J’ai eu à peine eu le temps de faire quelques bricolettes de St Valentin pour nos poupées. J’ai cousu rapidement de petites housses de coussins carrés que j’ai décorées, soit au feutre pour tissu, soit avec un appliqué en feutrine ou en tulle fin. SONY DSC

J’ai aussi tenté de réaliser un premier modèle de carte pour que les amoureux de Pinkyville – la ville imaginaire de nos personnages – puissent s’écrire des poèmes de circonstance. J’ai combiné un petit cœur en feutrine cousu à la main et une mini calligraphie « love » pour former une petite fleur.SONY DSC

Pendant les vacances d’hiver, sachant que la période de couture pour la danse allait bientôt commencer, j’ai pris un peu de temps pour coudre pour moi et ma petite famille.  J’ai d’abord copié un modèle matelassé gris clair que j’ai beaucoup porté tout cet automne-hiver. Ne voulant pas reproduire les volants au bas des manches et j’ai opté pour les manches droites ornées d’un peu de guipure blanche pour égayer ce petit haut.

 

Ensuite, j’ai repris grosso modo les mesures d’un ticheurte à manches longues Ottobre pour en concevoir un à manches longues bouffantes (bishop sleeves) et à petit col cheminée, car cela faisait très envie à Rose. C’était l’occasion de lui faire plaisir et de lui montrer que je prends parfois le temps de coudre pour elle et pas uniquement pour les autres (et lui faire oublier un peu que cela fait deux hivers qu’elle attend un manteau cape dont j’ai le patron et le tissu soigneusement rangés dans mon atelier …) Pour ce premier essai, j’ai préféré ne pas opter pour des manches trop imposantes. On ne sait en effet jamais trop si les petites originalités imaginées vont autant plaire dans la réalité et j’ai préféré ne pas prendre le risque d’observer une moue dépitée sur le visage de Rose au moment de l’essayage.

 

L’anniversaire d’Olivier approchant, je me suis également lancée dans la réalisation d’un sweat-shirt à capuche, en m’appuyant sur l’un des siens pour les proportions. J’ai corrigé les petites erreurs de mon patron improvisé en assemblant les pièces de tissu, car mes devants se sont avérés plus longs que les dos de 3 cm … J’ai finalement dû réussir à bidouiller comme il faut, car le sweat s’est avéré pile à la bonne taille.

 

Rose a elle-aussi profité des vacances pour se lancer dans la couture d’une petite jupe pour enfant en vichy jaune (jupe léopard du livre Vêtements à coudre pour petits sauvages). Elle a été particulièrement heureuse de pouvoir utiliser les points décoratifs  de ma nouvelle machine pour apporter une petite touche originale à son projet.

 

Il ne manque maintenant plus que l’ourlet du bas et un appliqué en forme de poussin qu’elle souhaite rajouter, mais cette idée est toujours en train de mûrir …

 

Après quelques jours de légèreté, il a fallu se plonger dans les costumes de la danse en commençant les patrons, mais ça, c’est une autre histoire …

Merci de vous être arrêté-e-s dans mon atelier Boudiboudaille & rikiki !

Didine