Veste sans manches pour homme – 2/2

J’ai poursuivi la couture de la doudoune sans manches du livre Monsieur Couture pour homme de Maud Vadon. J’ai cousu les 4 poches du modèle, ce que j’ai présenté dans mon précédent article, et maintenant, je passe à la construction du vêtement avec sa doublure.

La couture des poches ventrales avait nécessité l’assemblage du devant et du côté de la veste. Je les ai donc cousues avec le dos en les plaçant endroit contre endroit. J’ai commencé par le côté et je me suis chargée ensuite de la couture des épaules. J’ai rajouté aussi le col et la bande du bas.

Après un essayage sur mon mari, je me suis rendu compte que la veste risquait d’être difficile à fermer au niveau du ventre … Comme la veste était censée être une surprise pour mon beau-père, la seule mesure sur laquelle je m’étais basée était la largeur de buste que mon mari avait prise discrètement sur un vêtement de son père en lui rendant visite. Après un instant de découragement, j’ai décidé de rajouter des soufflets sur les cotés.

J’ai utilisé un peu la même technique que pour les poches zippées que j’avais réalisées sur le devant : j’ai tracé une fente, cousu un rectangle de tissu endroit contre endroit le long de chacun de ses bords et coupé la fente.

J’ai ensuite dû négocier avec le chat qui s’était installé pour une sieste sur la veste pendant que j’étais descendue à la cuisine réchauffer mon café. Il a accepté de se décaler un peu puis de s’allonger sur le tissu de la doublure et de me laisser poursuivre mon travail.

J’ai donc rentré les rectangles à l’intérieur de la fente et effectué une surpiqûre tout autour d’elle.

Pour fermer le soufflet, j’ai cousu juste les deux rectangles ensemble pour former une sorte de mini-poche. J’ai aplati cette « poche » et l’ai fixée avec des épingles. J’ai fais une nouvelle surpiqûre en haut et en bas pour maintenir le soufflet en place. Un bon coup de repassage s’est ensuite avéré nécessaire pour bien l’aplatir et donner une forme bien nette à son ouverture, car le tissu de jersey molletonné gris que j’ai choisi est un peu mou.

Les deux soufflets ajoutés, je suis passée à la fermeture de la veste. Elle doit être cousue aux bords des deux devant avant de passer à la couture de la doublure. J’essaye de m’appliquer pour placer des deux moitiés de la fermeture éclair de manière identique de chaque côté.

J’ai fait fonctionner la fermeture éclair pour être sûre qu’elle fonctionnait et qu’elle n’était pas posée de travers.

J’ai cousu la doublure, c’est-à-dire deux devants, deux côtés, un dos et un col ensemble. Ce sont exactement les mêmes pièces que pour l’extérieur de la veste. Et une fois la doublure prête, je l’ai placée endroit contre endroit en alignant le bas de la doublure avec la bande de bas de l’extérieur de la veste. J’ai fait une couture tout le long. L’extérieur de la veste et l’intérieur se sont retrouvé ainsi attachés par le bas en miroir.

La couture s’est poursuie par les deux devant, de bas en haut, en commençant par replier la bande du bas sur elle-même. J’ai épinglé en faisant attention à ce que les coutures de la bande et les coutures au niveau du col soient bien alignées. La fermeture éclair s’est ainsi retrouvée prise dans les deux tissus.

Puis je suis passée à la couture du col qui a en quelque sorte fermé le haut de la veste.

Le plus amusant a été de retourner la veste en attrapant le tissu par une manche et le faisant entièrement ressortir par-là. La veste s’est retrouvée dans le bon sens en un instant !

Il ne restait plus que les emmanchures à assembler pour fermer la veste. Le patron prévoit de poser un biais tout autour de l’emmanchure. Pour être sûre que rien ne bouge, j’ai commencé par épingler en place le tour de l’emmanchure pour que la doublure et l’extérieur de la veste soient bien alignés. Ensuite, j’ai installé le biais en ôtant et replaçant chaque épingle au fur et à mesure que je faisais le tour de l’emmanchure. Ainsi, le tissu n’a pas glissé en cours de route et cela a été plus facile.

Un deuxième épinglage pour replier le biais sur la doublure et une dernière ligne de couture à la main …

… et voici la veste finie !

Mon homme se laisse convaincre pour une petite séance photo et vérifie au passage que les fermetures éclair fonctionnent. Il en profite aussi pour remarquer que les deux poches de devant sont légèrement décalées – je sais exactement à quelle étape j’ai épinglé de travers sans m’en rendre compte :‘-( , car rien ne lui échappe … Je relativise intérieurement en me répétant que chaque vêtement que l’on coud nous apprend un petit quelque chose et nous fait progresser … et qu’au pire, cette veste pourra servir à mon beau-père pour sortir les poubelles !!

Je suis bien contente de m’être lancée dans cette veste. Le livre de Maud Vadon est vraiment très bien fait. Les explications et les dessins sont pensés avec une grande logique ce qui rend tout très clair. Elle dit sur son site qu’elle a un esprit mathématique et cela me correspond parfaitement. Rien n’est flou ce qui rend la couture très agréable. C’est un livre avec des modèles intéressants que l’on doit pouvoir à mon sens adapter à ses goûts assez facilement. Je le recommande donc vivement ! Je prévois même de me lancer dans l’un des sacs proposés dans le livre pour Noël prochain !

Merci de vous être arrêté-e-s un instant dans mon atelier Boudiboudaille & rikiki !

A bientôt,

Didine